TEXTE BIBLIQUE

Au sujet de la venue de notre Seigneur Jésus-Christ et de notre rassemblement auprès de lui, nous vous le demandons, frères : ne vous laissez pas si facilement ébranler dans votre bon sens, ni troubler par une révélation, un message ou une lettre qu’on nous attribuerait, et qui prétendrait que le jour du Seigneur serait déjà là. Que personne ne vous égare d’aucune façon. Car ce jour n’arrivera pas avant qu’éclate le grand Rejet de Dieu, et qu’apparaisse l’homme de la révolte qui est destiné à la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qui porte le nom de dieu, et de tout ce qui est l’objet d’une vénération religieuse. Il ira jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu en se proclamant lui-même dieu.  Je vous disais déjà cela lorsque j’étais encore chez vous : ne vous en souvenez-vous pas ? Vous savez ce qui le retient pour l’instant afin qu’il ne paraisse que lorsque son heure sera venue. Car la puissance mystérieuse de la révolte contre Dieu est déjà à l’œuvre ; mais il suffira que celui qui le retient jusqu’à  présent soit écarté pour qu’alors paraisse l’homme de la révolte. Le Seigneur Jésus le fera périr par le souffle de sa bouche, et le réduira à l’impuissance au moment même de sa venue.  L’apparition de cet homme se fera grâce à la puissance de Satan, avec toutes sortes d’actes extraordinaires, de miracles et de prodiges trompeurs.  Il usera de toutes les formes du mal pour tromper ceux qui se perdent, parce qu’ils sont restés fermés à l’amour de la vérité qui les aurait sauvés. Voilà pourquoi Dieu leur envoie une puissance d’égarement pour qu’ils croient au mensonge : 2 Thessaloniciens 2,1 à 11

LE SIGNE PRECEDANT LE RETOUR DU SEIGNEUR

Comme c’est encore le cas de nos jours, il existait déjà, au temps où les apôtres écrivent, de fausses croyances qui circulaient au sujet de l’imminence du retour de Jésus. Se donnant pour inspirés ou se revendiquant même de l’autorité des apôtres, ces porteurs de faux messages troublaient le peuple de Dieu. L’Eglise de Thessalonique n’était pas épargnée de leur influence. Les apôtres font ainsi cas dans leur lettre de personnes qui, peut-être suite à ces révélations erronées, ne travaillaient plus et vivaient dans l’indiscipline : 2 Thessaloniciens 3,10-12. A quoi bon se fatiguer à construire quelque chose ici-bas, se disaient-elles, puisque le Seigneur revient demain ? Impliqués malgré eux dans ces excès, les apôtres tiennent à rétablir la vérité.

Alors que, jusque-là, la lettre est écrite au nom de ses trois auteurs, c’est Paul seul qui, ici, en poursuit la rédaction. Le sujet dont Paul va traiter fait partie des enseignements qu’il a délivrés lors de son voyage missionnaire à Thessalonique. Il tient, pour mettre fin aux spéculations dangereuses sur le sujet, à en rappeler la teneur.

Non, l’avènement du Seigneur n’est pas pour demain. Car il y a, dit Paul, un événement majeur qui doit se produire dans le monde avant ce jour. Cet événement est l’apostasie. Le mot grec utilisé par Paul nous est bien connu sous une autre forme. L’apostasie, c’est le divorce, la rupture, la séparation radicale, définitive, choisie contre Dieu et contre tout ce que Jésus-Christ aura introduit dans ce monde. L’apostasie est la raison pour laquelle le jour de la venue du Seigneur Jésus sera un jour où justice sera faite contre ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n’obéissent pas à la bonne nouvelle de notre Seigneur Jésus : 2 Thessaloniciens 1,8. Car c’est dans cet état général navrant que sera le monde. Cette apostasie ne se produira pas d’un coup : v 7a. Elle s’élèvera petit à petit jusqu’à culminer en un point : l’apparition d’un impie qui sera la personnification, l’incarnation physique du mal. Tant donc que les chrétiens ne voient pas apparaître ce phénomène de l’apostasie et de l’homme qui le matérialise, ils ne doivent pas penser que le jour du Seigneur est là. Car il est le signe par excellence qui précédera la venue du Seigneur, puisque c’est par Lui et à ce moment qu’il sera détruit : v 8.

La venue de l’homme sans foi ni loi étant une étape déterminante dans le processus qui déclenchera la venue du Seigneur, Paul étaye son enseignement à son sujet. Si, comme le dit Jean, plusieurs antichrists (ou antéchrists) ont paru dans le monde : 1 Jean 2,18, un seul sera l’Antichrist (ou Antéchrist) avec un grand A. Paul nous dit ici à quoi il sera identifiable :

  • L’Antichrist sera la personnification humaine du mal sous toutes ses formes. Tous les défauts possibles et imaginables seront réunis en sa personne : l’orgueil, l’impudence, l’arrogance, la violence, l’impureté, le blasphème contre Dieu ou tout ce qui est sacré, une impertinence sans borne… : v 3

 

  • L’Antichrist manifestera un culte de la personnalité tel qu’il en viendra à s’élever au-dessus de tout ce qui est adoré ou vénéré dans le monde et à s’autoproclamer Dieu. Pour marquer sa prétention et frapper les esprits, il ira jusqu’à s’asseoir dans le sanctuaire de Dieu pour y siéger en tant que tel (sans doute à Jérusalem) : v 4

 

  • Les vantardises exorbitantes de l’Antichrist ne seront pas sans fondement. Elles s’appuieront sur une manifestation sans précédent de miracles, de prodiges et de signes mensongers et une puissance de séduction qui éblouiront les incrédules : v 9 et 10. Jean, dans son apocalypse, nous dit qu’il ira jusqu’à faire descendre le feu du ciel à la vue des hommes pour les égarer par les signes qu’il lui sera donné de faire : Apocalypse 13,13-14. Quand on sait comment on peut produire, par l’image, de faux événements aussi réels que les vrais, nous comprenons mieux ce que veulent dire ici Paul et Jean.

 

Quand l’Antichrist paraîtra-t-il ? A la mise au point précédente quant au signe indispensable devant se produire avant la venue de Jésus, Paul en fait ici une seconde à propos de ce personnage. Il est impossible, dit-il, que l’Impie se manifeste avant que celui qui le retient n’ait disparu. Dans l’état actuel du monde, deux forces sont en présence. D’une part, le mystère du mal est à l’œuvre. Un peu partout, au travers de penseurs, d’hommes de pouvoir, de représentants religieux, de scientifiques, d’artistes, les fondements sur lesquels repose le témoignage de Dieu et de Christ sont minés. Une puissance mauvaise insidieuse agit dans les pensées, changeant le bien en mal, le vrai en faux et contaminant de plus en plus les esprits. Au nom de principes humanistes ou sous couvert de spiritualité, le mensonge avance masqué tandis que la vérité est ouvertement moquée. De l’autre côté, une puissance de conservation réfrénant le mal l’empêche d’atteindre son apogée. Quelle est-elle ? Les commentateurs bibliques divergent à son sujet. Les thessaloniciens savaient, en tout cas, de quoi l’apôtre parlait. Le fait que celui-ci ne veuille pas l’évoquer nommément tend à faire penser qu’il y a chez lui une volonté délibérée de prudence à ce sujet. Qui est ce rétenteur de la puissance du mal, contenant son débordement et sa pleine emprise sur le monde ? La discrétion de Paul nous impose, par peur d’une fausse interprétation, de ne pas nous avancer à ce sujet.

 

Qui sera séduit par l’Antichrist au moment de sa manifestation ? Qui sera préservé ? L’apôtre répond ici clairement. Seront égarés tous ceux qui, avant que la puissance d’égarement ne donne sa pleine mesure, auront démontré qu’ils ne font dans leurs vies aucun cas de la vérité. Les signes du salut et de la perdition d’une âme ne sont pas à chercher à l’extérieur de celle-ci, mais en elle. Qui aime le mensonge, l’injustice fournit l’indice nous permettant déjà de dire, avant l’heure, que cette personne sera dans l’incapacité totale de ne pas être séduite au jour où Dieu donnera le feu vert à l’Impie pour se faire passer pour Dieu et entraîner l’adoration du monde derrière lui. Qui aime, affectionne et s’attache à la vérité dès maintenant sera armé, malgré tout ce que l’Antichrist produira d’impressionnant pour fasciner les esprits, pour démasquer le subterfuge au jour où il se révélera à l’humanité. De quel côté nous trouvons-nous des forces en présence dans ce monde ? De celles qui travaillent à l’apostasie, la rupture totale avec Dieu, Ses valeurs, Son témoignage ? Ou de celles qui luttent en vue de la préservation morale du monde, du témoignage rendu à Dieu et à Christ, de la défense fondamentale des vérités affirmées par la Parole de Dieu ? Nous ne serons pas ailleurs demain que là où nous nous trouvons aujourd’hui !

 

Publicités