REVISIONNISME

Il y a quelques semaines, dans un précédent article, j’évoquais le vote inquiétant de l’UNESCO (vote du conseil exécutif du 16 avril 2016) niant tout lien du peuple juif avec le « mont du Temple » à Jérusalem, de même qu’avec les plus importants sites juifs (le tombeau de Rachel à Bethléem, le caveau des patriarches à Hébron, la tombe de Joseph à Naplouse…).
Sous l’impulsion des états musulmans, qui plus est en général considérés en Occident comme « modérés » — notamment l’Égypte, la Tunisie, le Maroc et quelques autres — il était proposé une résolution réécrivant l’Histoire au profit d’un islam s’accaparant tous les lieux historiques et religieux juifs, même les plus symboliques.

 

Une organisation politique internationale se permettait ainsi de rendre illégitime une religion comme le judaïsme et le peuple juif qui la soutient historiquement. Ce négationnisme soutenu par une institution onusienne comme l’UNESCO ne présage assurément rien de bon pour les Juifs et Israël. Nous ne sommes plus dans le débat politique en vue d’un compromis diplomatique. La démarche vise plutôt à préparer la rupture totale et la coalition des nations contre un Israël devenu une aberration historique, une « erreur » qu’il convient de gommer dans les livres comme dans la réalité. Quoi de plus logique alors de nier l’histoire, les faits, les témoins comme tout ce qui peut remettre en cause une réécriture officielle par des technocrates soumis au diktat d’un islam conquérant.

 

En leur temps, Balaam et Balak avaient cru pouvoir éliminer Israël par la puissance des mots (Nombres 22 et suivants) et ils projetaient alors de maudire le peuple que Dieu avait choisi. Ils ont finalement échoué et au contraire attiré la malédiction sur eux et leur peuple.
Dans cette affaire, nous n’avons pas là un énième épisode du conflit qui oppose Israël à ses voisins musulmans. Ce déni historique manifeste est l’étape incontournable qui précède le projet d’extermination d’un peuple. La déshumanisation du peuple juif est en route et un pas de plus a été franchi avec cette décision inique.

 

Les prophéties qui annoncent la réunion de toutes les nations du monde pour combattre Israël n’évoquent pas de solutions de compromis pour établir un équilibre et une paix aujourd’hui impossibles entre des frères ennemis. L’objectif sera alors l’extermination effective d’Israël.
De nombreux articles ont été publiés pour dénoncer cette épouvantable décision de l’UNESCO ; tous issus de médias juifs, communautaires ou israéliens. Des responsables du CRIF ont affiché leur indignation. Le grand rabbin de France est allé jusqu’à s’entretenir avec le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, d’autant que la France a apporté son suffrage en faveur de la résolution. À mon grand étonnement, il en est ressorti — d’après les médias — « rassuré ». Je me demander encore comment. Mais d’autres, pourtant aussi indirectement concernés, sont restés totalement muets sur ce sujet.

 

C’est qu’avec la « réécriture » de l’histoire juive selon l’UNESCO, les chrétiens se trouvent à présent déclarés menteurs, proclamant un Évangile sans réalité historique et une foi reposant sur du vent. Or les chrétiens sont restés étrangement sans voix. Rien d’audible en tout cas. Feraient-ils d’une certaine façon un calcul diplomatique pour ne pas « fâcher », froisser les autorités complaisantes déjà soumises au diktat de l’islam ? Sauf que l’Évangile n’a de sens que dans sa factualité. Yéchoua’ n’est pas une « idée » ou une philosophie de vie. C’est sur la base de sa mort et de sa résurrection, confirmées par de nombreux témoins que tout prend du sens et que l’on peut affirmer sans trembler que Yéchoua’ est vivant aujourd’hui.

 

Le silence assourdissant des chrétiens serait-il alors en soi un signe ?… Celui du compromis ou de la soumission ?… L’heure vient et elle est déjà là où chacun doit prendre position et faire son choix, quel qu’en puisse être le prix.

 

Article tiré du blog ami : Le Berger d’Israël

Publicités