Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi : Jean 14,2-3.

ASPIRATION HUMAINE

Partout dans le monde, nous sommes des millions qui, ayant mis en Christ notre foi et notre espérance, attendons Sa venue glorieuse qui réalisera pleinement notre salut ! Nous pouvons nous intéresser à la question du retour de Jésus pour de multiples raisons. Certains s’acharnent encore et toujours, malgré les multiples désaveux historiques de ceux qui les ont précédés en la matière, de faire du retour de Jésus une question spéculative. Ils se refusent à admettre une bonne fois pour toutes que nul ne peux savoir ni le jour, ni l’heure, puisque cela appartient à Dieu le Père seul ! D’autres soupirent au retour du Christ à cause de l’état du monde. Il m’arrive souvent d’en faire partie. A ce sujet, Wayne Grüden, un théologien, écrit ces phrases :

« Les chrétiens attendent-ils vraiment avec impatience le retour du Christ ? Plus les chrétiens sont absorbés par le recherche des bonnes choses de cette vie, et plus ils négligent une communion fraternelle authentique et leur relation personnelle avec le Christ, moins ils aspireront au retour du Christ. D’autre part, la plupart des chrétiens qui connaissent la persécution ou la souffrance, ou qui ont atteint un certain âge et sont physiquement diminués, et ceux dont la marche quotidienne avec Christ est profonde, aspireront plus ardemment à son retour. Dans une certaine mesure, par conséquent, l’ardeur avec laquelle nous aspirons au retour du Christ est un indicateur de notre condition spirituelle. »

Si nous luttons tous les jours pour ne pas trahir Christ, partager l’Evangile et prier pour ceux qui souffrent pour leur foi, il n’y a rien de faux à aspirer au retour de Jésus.

ASPIRATION CHRISTIQUE

Le texte de l’Evangile de Jean que j’ai mis en tête met, quant à lui, l’emphase sur une autre raison pour laquelle le retour de Jésus est un événement auquel les vrais disciples de Jésus devraient aspirer. Il nous parle de ce qui est au coeur de la pensée de Jésus lorsqu’il le relate. Le moment où Jésus reviendra sera celui où le temps des préparatifs célestes nécessaires pour accueillir chacun des élus sera terminé. Le moment du retour de Jésus sera celui où le temps des fiançailles entre l’Epoux céleste et la future mariée sera terminé. Jusque là, l’Epoux et la future Epouse sont, d’une certaine manière, tenu à distance. Ils vivent déjà l’un pour l’autre, mais ne sont pas encore réunis. Ils ne vivent pas encore sous le même toit. Ce temps, qui semble long est fait de soupirs. C’est inévitablement un temps qui génère une certaine dose de souffrance. L’image de la future épouse et du futur époux hante le coeur, la pensée du fiancé et de la fiancée. Les deux le supportent, car ils savent qu’un bonheur ineffable les attend à la fin. Car il vient, le jour des noces. Il vient le temps où, comme Jésus le dit à ses disciples, là où je suis, vous serez aussi pour toujours ! Méditions encore un peu les paroles de Jésus ! Peut-être cette méditation nous aidera-t-elle à supporter encore mieux le temps de l’attente !

IL Y A PLUSIEURS DEMEURES

Quoi que nous ayons l’habitude d’entendre cette parole, elle ne rend pas forcément justement ce que Jésus voulait dire. Le terme employé ici par Jésus, et traduit par plusieurs, ne signifie pas simplement une diversité de demeures. Il parle aussi d’abondance. En d’autres endroits, il peut être traduit par beaucoup, énormément !

Ce que Jésus veut dire ici est que la maison du Père est grande. Une crainte que nous ne devons jamais avoir est que la maison du Père soit trop étroite pour accueillir tous les élus, tous ceux que le Père aura appelés à croire au Fils pour leur salut !

C’est aussi ce que dit Pierre en conclusion de son message donné lors de la Pentecôte à Jérusalem :

Actes 2,39 : Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.

La crainte du Père, dit Jésus dans une parabole, n’est pas que la salle préparée pour les noces de Son Fils ne soit trop pleine, mais trop vide. Au serviteur qui revient pour rendre compte du refus dont auront fait preuve les premiers invités, le maître dira :

Luc 14,21 à 23 : Va promptement dans les places et dans les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux. Le serviteur dit : Maître, ce que tu as ordonné a été fait, et il y a encore de la place. Et le maître dit au serviteur: Va dans les chemins et le long des haies, et ceux que tu trouveras, contrains-les d’entrer, afin que ma maison soit remplie.

N’est-ce pas là le sens de notre évangélisation encore aujourd’hui et du temps de grâce qui est encore accordé au monde ? N’est-ce pas pour que les demeures qui sont dans la maison du Père soient occupées par ceux pour qui elles sont préparées ?

JE VAIS VOUS PREPARER UNE PLACE !

La question a été parfois posée par des enfants ou des adultes. Que fait donc Jésus au ciel depuis qu’il est parti ? Je ne m’inquiète pas à ce sujet ! Il a sans doute fort à faire ! Nous avons déjà ici une réponse. Il est en train de préparer la place, la maison que chacun de ses rachetés aura !

Il y a quelque temps, nous devions recevoir chez nous un jeune homme allemand pour trois semaines de stage. Nous savions des semaines avant qu’il n’arrive la date où il serait là ! Stephan est arrivé un certain jour de septembre. Cependant, c’est bien avant que le travail de préparation de sa venue nous a occupés. En vue de la venue de Stefan, ma femme a mis un soin particulier à rendre le lieu accueillant. Pour ma part, j’ai réfléchi à ce que j’allais faire avec lui, une fois qu’il serait là. Quel était le but ? Il était que, lorsque Stefan arrive, il ne soit pas déçu, mais réjoui par ce qu’il allait trouver !

Si, nous humains, nous avons cette volonté de ne pas décevoir ceux qui passent quelque temps dans nos demeures, à combien plus forte raison en est-il de Dieu et Jésus avec qui nous allons passer l’éternité. Que fait Jésus en ce moment ? Il prend un soin particulier à préparer la demeure éternelle de chacun d’entre nous ! Parce qu’il nous connait de toute éternité et que nous sommes ceux que le Père lui a donné (c’est comme cela qu’il parle de ses disciples), chacun de nous lui est précieux ! Il nous a, dit l’Ecriture, élus et choisis pour que nous soyons avec Lui et pas un ne fera défaut. Aussi pense-t-il constamment à nous, faisant le maximum pour nous préparer le meilleur des accueils ! La Bible ne précise pas comment Jésus nous prépare notre demeure céleste. Mais j’imagine qu’une armée d’anges à ses ordres s’affairent pour qu’au moment venu tout soit prêt !

Peut-être t’arrive-t-il, comme c’est le cas pour moi, de trouver ici-bas le temps long ! Tu languis après le ciel ! Ne t’attriste pas ! Réjouis-toi plutôt du fait que le temps qui dure est un temps, non seulement de patience, mais de préparation pour l’accueil futur de tous les élus. Il y en a encore qui, dans le monde, n’ont pas encore été appelés. Ils sont enfants de Dieu dans son coeur, mais ne sont pas encore sauvés. Le désir du Père est que tous ceux qu’il a donnés à Son Fils remplissent Sa maison. Sa joie serait-elle complète si un seul venait à manquer ?

 

Publicités