LE VOIR FACE A FACE !

Dans le précédent billet, nous avons vu que le cœur du programme éternel de Dieu pour les élus consiste à connaître Dieu. Certes déjà, celui qui a reçu l’Esprit, connaît Dieu, car personne ne connaît ce qui relève de Dieu, sinon l’Esprit de Dieu, dit Paul : 2 Corinthiens 2,11. Mais cette connaissance que nous avons de Dieu aujourd’hui ne se vit que par la foi ! Au jour où nous serons avec lui, dit Jean, nous serons rendus semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est : 1 Jean 3,2. Le temps ne sera plus celui de la foi, le temps de la perception imparfaite, confuse, comme au travers d’un miroir, dit Paul : 1 Corinthiens 13,12. Il sera celui de la vue, du face-à-face direct, de la relation immédiate. Nous serons partie prenante de la Divinité, intégrés dans la relation éternelle qui unit le Père, le Fils et l’Esprit !

LE PROJET SECRET DE DIEU

Si la connaissance de Dieu, le Père, nous est donnée par le Fils au moyen de l’Esprit, l’apôtre Paul, avec l’intelligence que Dieu lui a donné, nous dit qu’elle est révélée au monde et aux anges par un autre biais : celui de l’Eglise. Dans un passage d’une grande densité de sa lettre aux éphésiens, Paul nous dit quelle vocation il a reçu de Dieu :

Oui, c’est à moi, le plus petit de tous ceux qui lui appartiennent, que Dieu a fait cette grâce d’annoncer aux non-Juifs les richesses insondables du Christ et de mettre en pleine lumière, pour tout homme, la façon dont Dieu mène ce plan à sa complète réalisation. Ce plan, le Dieu qui a créé toutes choses l’avait tenu caché en lui-même de toute éternité. Par cette mise en lumière, les Autorités et les Puissances dans le monde céleste peuvent connaître, par le moyen de l’Eglise, les aspects infiniment variés de sa sagesse : Ephésiens 3,9 et 10.

Paul nous dit ici que, de toute éternité, Dieu avait formé en lui-même un projet qu’Il avait tenu secret. Ce projet était celui de l’Eglise, la communauté de tous les élus rachetés. Par elle, les autorités spirituelles dans les cieux peuvent admirer les multiples aspects de la sagesse infiniment variée de Dieu. Certes, les anges eux aussi connaissent Dieu. Mais le spectacle que représente l’Eglise est, à ce sujet, incomparable.

INFINIE VARIETE DE LA SAGESSE DE DIEU

La première scène sur laquelle se déploie l’infinie variété de la sagesse de Dieu est la création. Les hommes qui, chaque jour, ont le spectacle des œuvres de Dieu dans toute sa diversité, sont inexcusables de dire qu’il n’existe pas. Chaque fleur, chaque papillon, chaque étoile témoigne, à sa manière qui lui est propre, de la puissance et de l’intelligence de Dieu. Mais la création, malgré toute sa beauté, ne révèle pas autant que l’Eglise l’infinie variété de la sagesse de Dieu.

D’autres spectacles illustrent le principe du déploiement de la sagesse de Dieu sur des objets qui la reflètent. L’arc-en-ciel en est l’un des plus magnifiques. L’arc-en-ciel est un phénomène optique qui rend visible le spectre de la lumière invisible du soleil au travers des gouttes de pluie. Chaque goutte de pluie qui tombe est la même. Elle ne porte pas de beauté particulière. Chacune pourtant, visitée par la lumière, offre avec les autres, pour le spectateur qui se tient à distance, un spectacle d’une beauté à couper le souffle. La lumière jusque-là n’était pas visible. Il lui manquait juste un objet sur lequel elle puisse se projeter pour se révéler. Les milliards de gouttes de pluie le seront. Par elles, la beauté invisible de la lumière se décompose et se fractionne dans une palette de couleurs qui provoque l’admiration. L’arc-en-ciel, signe de grâce donné par Dieu à Noé, est une image éphémère. L’Eglise sera, quant à elle, la révélation éternelle de l’infinie beauté et diversité de la sagesse de Dieu, jusque-là tenue secrète !

DIEU TOUT EN TOUS

C’est par cette expression que l’apôtre Paul résume l’achèvement de l’œuvre de Dieu ! Lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous : 1 Corinthiens 15,58. Le projet que Dieu avait formé en lui-même de toute éternité sera accompli. L’harmonie et l’ordre parfait règneront. Dieu remplissant tout et tous, il n’y aura plus de place pour autre chose. Chacun, en regardant son frère, le verra, mais pas seulement. Il verra l’un des aspects, l’une des facettes de la sagesse et de la beauté de Dieu. Il pourra admirer son Dieu, l’infinie richesse de sa grâce en lui, tout comme lui le fera en moi.

Déjà, ce spectacle est une réalité ici-bas. Voici ce qu’en dit à ce sujet Alfred Kuen :

« Les anges admirent les voies infiniment diverses par lesquelles le Père amène au Fils des hommes autrefois rebelles. Ici, un persécuteur des chrétiens est terrassé par une vision et passe subitement de la haine de Christ à une foi conquérante ; là, un centenier romain écoute le message de l’apôtre Pierre et accepte, en toute simplicité, la doctrine chrétienne ; ailleurs, grâce à la lecture de la Bible commentée par un disciple, un ministre éthiopien est amené à la lumière : là, c’est un tremblement de terre qui fait trouver la paix du cœur à un geôlier et toute sa famille.

Quelle variété, en effet, dans les voies que la sagesse divine à imaginées, tout au long de l’histoire de l’Eglise, pour conduire à la foi des hommes de tempérament, de culture, de milieux aussi divers qu’Augustin de Thagaste et François d’Assise, Luther et Calvin, Pascal et Wesley. Les uns ont passé par des détours sinueux d’un labyrinthe pour parvenir des ténèbres à la lumière, les autres se sont trouvés transportés instantanément de l’ombre de la mort à la clarté du soleil de justice. Chez celui-ci, c’est la conscience qui a été secouée, chez celui-là, le cœur a été touché, un autre a vu son intelligence éclairée, chez un autre encore, la volonté s’est ébranlée en premier.[1] »

Alfred Kuen ne fait ici que citer l’œuvre de la grâce pour amener les incrédules à la foi. Mais le spectacle de la grâce se poursuit tout au long de la vie des élus. Il est visible dans leur repentance, la réponse de Dieu à leurs prières, les actes de délivrance permanent qu’il opère en leur faveur, la transformation de leurs caractères, leur courage d’aller jusqu’à la mort par amour pour Christ…

EMERVEILLEMENT ABSOLU ET ETERNEL

Que ferons-nous en éternité ? Nous connaîtrons Dieu ! Nous pourrons l’admirer dans le spectacle de ses œuvres de grâce, passées et futures, visibles en chacun de ses élus. Nous serons dans l’émerveillement absolu ! Nous nous demanderons comment, de simples gouttelettes que nous sommes, Dieu peut faire sortir de si belles fresques qui le représentent ! Subjugués par tant de gloire, nous tomberons tous dans l’adoration !

[1] Alfred Kuen : Pourquoi l’Eglise ?

Publicités