IL ALLAIT FAIRE BEAU CE JOUR-LA !

Le soleil se levait sur la terre lorsque Loth entra dans Tsoar : Genèse 19,23. Pour les habitants de la ville voisine de Sodome, c’était une journée comme une autre. La veille au soir, il y avait bien eu une agitation inhabituelle sur la place de la ville. Deux étrangers étaient arrivés d’on ne sait où. Cela faisait longtemps, qu’au vu de la réputation de la ville, plus personne n’osait passer par là. Tous les hommes, du plus jeune au plus âgé, s’étaient rassemblés et avaient frappé à la porte de Loth, venu s’installer quelques années plus tôt dans la cité. Leurs intentions révélaient leur perversion.. et le niveau incroyable de corruption des habitants : ils voulaient violer les inconnus. Par miracle, la chose ne s’était pas produite. Mai peu avant le jour, les étrangers avaient intimé à Loth et sa famille l’ordre de quitter au plus vite les lieux !

Le soleil se levait donc ce jour-là. La journée allait sans doute être belle. Dans chaque maison de Sodome, on s’affairait. Le conseil de la ville devait se réunir dans la journée pour discuter de ce qui s’était produit la veille. Que venait faire ici ces étrangers ? D’où venaient-ils ? On en discutait dans les chaumières, pendant que les femmes et les servantes s’activaient à préparer le repas.

Le soleil se levait ce jour-là sur Sodome. Aucun des habitants ne savait encore que c’était pour la dernière fois. Le Seigneur se leva aussi. Sa décision était arrêtée. Il avait envoyé deux messagers sur place pour vérifier la véracité des rapports douloureux qui lui étaient parvenus : « – De graves accusations contre Sodome et Gomorrhe sont montées jusqu’à moi : leur perversité est énorme. Je veux y descendre pour voir si leur conduite est vraiment conforme à ce que j’entends dire. Et si ce n’est pas le cas, je le saurai : Genèse 18,20-21. » Dieu, bien sûr, sait déjà ce qui se passe. Mais il ne veut pas donner l’impression d’agir de manière arbitraire. Il se soumet donc aux règles de la procédure humaine et consent à faire une enquête de terrain pour constater la réalité des crimes commis.

Le constat est sans appel. Au lever du soleil, l’Eternel fit tomber sur Sodome et sur Gomorrhe une pluie de soufre enflammé par un feu qui venait du ciel. Il fit venir une catastrophe sur ces villes ainsi que sur toute la région. Toute la population de ces villes périt ainsi que la végétation : Genèse 19,24-25. Pour la dernière fois, le soleil s’était levé sur les deux villes de Sodome et Gomorrhe. Pour toujours, elles seraient rayées de la carte. A l’heure où ils n’y pensaient pas, les habitants des deux cités périrent d’un seul coup !

A L’HEURE OU VOUS N’Y PENSEREZ PAS !

Tous les matins, le soleil se lève sur notre beau pays… et partout dans le monde. Partout, telles des fourmis, des hommes et des femmes s’activent. Certains, après une nuit bien chargée, rentrent pour se reposer. D’autres, au contraire, se préparent à partir. Dans les entrailles des villes, les métros, bondés de monde, se succèdent à quelques minutes d’intervalle. Les chaînes de télé transmettent en continu les informations venant du monde entier. Elles nous font part des grands projets que nos dirigeants ont en vue pour leur pays. « La France annonce qu’elle se porte candidate à l’organisation de l’Exposition Universelle de 2025. » « La Suisse affirme vouloir sortir du nucléaire à l’horizon 2034. » Tout se passe comme si la vie, l’histoire devait se poursuivre indéfiniment…

Se référant à l’événement qui se produisit à Sodome et à celui du déluge du temps de Noé, Jésus a averti ses disciples au sujet du moment où se produira son retour : C’est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas : Matthieu 24,44. Je doute qu’à l’agenda d’aucun homme politique de ce monde se trouve inscrit en en-tête de chaque journée cette phrase : « Aujourd’hui, Jésus-Christ peut revenir ! » Comme les habitants de Sodome surpris par la pluie de feu et de soufre qui s’abattit sur eux, comme ceux de Pompéi retrouvés pétrifiés dans leur sommeil par l’éruption soudaine du Vésuve, en un instant le monde sera face à Jésus, le Fils de Dieu revenant avec puissance sur les nuées dans une gloire éblouissante !

TOUS SURPRIS, MAIS PAS VOUS !

« Vous, mes frères, dit l’apôtre Paul, vous n’êtes pas dans les ténèbres pour que le jour du Seigneur vous surprenne comme un voleur ! » Vous n’êtes pas dans les ténèbres ! Si la perspective du retour de Jésus n’est pas à l’agenda des hommes de ce monde, elle devrait l’être chaque jour à celui des enfants de Dieu. L’enfant de Dieu sait qu’il est étranger et voyageur dans ce monde. Comme tel, il est dans la position de celui qui, sur le quai de la gare, attend son train. Il sait que celui-ci va venir pour le prendre. Mais, à la différence des voyageurs de la SNCF, il ne sait pas à quelle heure (quoique…). Il se peut qu’il attende des heures, mais lorsque le train arrive, il n’est pas surpris : tout ce qu’il a fait entre temps l’a été en vue de cette perspective !

Nous aurions tort de ne pas penser à l’ heure du retour de Jésus. Il y a risque, en effet, pour nous, de ne pas être prêts pour ce moment. Imaginons que, sur le quai de la gare, j’oublie pour quelle raison je me trouve là. Je fais connaissance avec une personne sympathique qui m’invite à boire un verre. Ou, plongé dans la lecture d’un journal, je suis si absorbé par ce que je lis que je suis déconnecté de ce qui se passe autour de moi. Le train que j’attendais arrive. Mais pour ma part, je ne suis plus dans l’attente : conséquence, je ne suis pas prêt au moment crucial.

Par quoi se font reconnaître les véritables enfants de Dieu dans le monde ? Plusieurs choses ! Mais l’une d’elle, sûre et certaine, est qu’ils attendent leur Seigneur. Le maître peut tarder à venir… : Matthieu 24,48… Cela peut se produire longtemps après sa première venue : Matthieu 25,19… Certains même auront pu être gagnés par le sommeil : Matthieu 25,5-6… Mais tous ceux qui vivent au fond d’eux dans cette attente ne le rateront pas. Lui-même viendra pour les prendre pour qu’ils soient toujours avec eux !

Le soleil s’est levé ce matin ! La journée s’annonce belle ! La plus belle de toutes, pour nous qui l’attendons, sera celle où Jésus revient !

Publicités