DIEU, UN DIEU PUNITIF

Alors que Moïse était sur le mont Sinaï pour recevoir, pour la seconde fois, les tables de la loi, Dieu lui déclina en plusieurs propositions son identité. :

« L’Eternel, l’Eternel est un Dieu de grâce et de compassion, lent à la colère, riche en bonté et en vérité. Il garde son amour jusqu’à 1000 générations, il pardonne la faute, la révolte et le péché, mais il ne traite pas le coupable en innocent et il punit la faute des pères sur les enfants et les petits-enfants jusqu’à la troisième et à la quatrième génération ! : Exode 34,6 et 7. »

L’Eternel affirme en en-tête les qualités intrinsèques à son être qui sont la raison même de la survie du monde, malgré toutes les horreurs qui s’y trouvent. Si ce n’était, en effet, la grâce, la compassion et la bonté de Dieu, depuis longtemps l’humanité aurait cessé d’exister. Il ne faudrait cependant pas se méprendre au sujet de la patience et du support dont Dieu fait preuve à l’égard du monde. Un MAIS restrictif, placé au milieu de la présentation que Dieu fait de lui-même, tient lieu d’avertissement. Comme il en est de la bonté, la nécessité de punir fait partie des traits de caractère essentiels de Dieu. Dieu est celui qui pardonne la faute, la révolte et le péché, mais il ne saurait traiter le coupable en innocent. Dieu n’est pas seulement le Dieu qui fait grâce ! Il est aussi le Dieu qui punit ! Le récit de la genèse nous en donne la preuve dès le début de la Bible, après l’expulsion d’Adam et Eve hors du jardin d’Eden !

LA PUNITION DIVINE DANS LA BIBLE

Les passages bibliques faisant référence à la nécessité pour Dieu de punir ne sont pas rares. Outre celui déjà mentionné, citons :

– cette mention dans le 4ème commandement de la loi, quant à un usage insultant du nom de Dieu : « Tu ne prendras point le nom de l’Eternel, ton Dieu, en vain ; car l’Eternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain : Deutéronome 5,11. » Le nom de Dieu fait référence à une réalité précise ! Qui ose se revendiquer de lui tout en agissant de manière contraire à ce qui le caractérise ne restera pas impuni !

– les nombreux avertissements donnés à ce sujet dans le livre des proverbes :

Il en est de même pour celui qui va vers la femme de son prochain : quiconque la touche ne restera pas impuni : Proverbes 6,29. Le roi David pourrait en témoigner !

Tout cœur hautain est en abomination à l’Eternel ; certes, il ne restera pas impuni. : Proverbes 16,5

Celui qui se moque du pauvre outrage celui qui l’a fait ; celui qui se réjouit d’un malheur ne restera pas impuni : Proverbes 17,5

Le faux témoin ne restera pas impuni, et celui qui dit des mensonges n’échappera pas : Proverbes 19,5 et 9

Tous ces passages ne précisent pas de quelle manière la punition de la faute commise se produira. Mais celui qui, d’une façon ou d’une autre, commet volontairement le mal doit le savoir : il ne restera pas impuni !

– les avertissements des prophètes au peuple de Dieu :

« Toi, mon serviteur Jacob, ne crains pas ! dit l’Eternel ; Car je suis avec toi. J’anéantirai toutes les nations parmi lesquelles je t’ai dispersé, mais toi, je ne t’anéantirai pas ; je te châtierai avec équité, je ne puis pas te laisser impuni. : Jérémie 46,28. »

Israël possède un statut particulier parmi les nations. Il est le peuple de la Révélation, celui que Dieu a choisi pour révéler son salut au monde. Pour autant, Israël n’est pas libre d’agir comme il l’entend. Tout peuple élu qu’il est, il est soumis à la même règle que les autres en ce qui concerne la justice. Les malheurs dont il a été l’objet tout au long de son histoire le prouvent largement !

NECESSITE DE LA PUNITION DIVINE

Les punitions dont a été l’objet Israël de la part de Dieu tout au long des siècles devraient largement nous servir de leçons. Si Dieu a traité le peuple particulier avec lequel il a fait alliance avec une telle sévérité, qu’en sera-t-il au jour où il se mettra à punir les peuples orgueilleux qui, pour la plupart, ne cessent de le défier ? Il a corrigé, dit-il, Israël avec mesure, comme un père discipline un fils. Mais qu’en sera-t-il au jour où il s’attaquera à la sauvagerie et à la barbarie des nations ? « C’est le moment, dit l’apôtre Pierre, où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c’est par nous qu’il commence, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Evangile de Dieu : 1 Pierre 4,17 ? »

Pour de multiples raisons, l’impunité divine est impensable :

a. la punition est éducative

« Si l’on fait grâce au méchant, il n’apprend pas la justice, il se livre au mal dans le pays de la droiture, et il n’a point égard à la majesté de Dieu : Esaïe 26,10. »

Tous ceux qui, dans une nation, veulent vivre en paix, seront d’accord avec ce principe. La punition a pour objet de freiner le mal, d’inspirer la crainte. Que serait une société dans laquelle l’impunité deviendrait générale ? En peu de temps, elle se détruirait de l’intérieur !

b. l’impunité fausse la vision que les faux croyants et les athées ont de la réalité

« Dieu dit au méchant : Quoi donc ! tu énumères mes lois, et tu as mon alliance à la bouche, toi qui hais les avis, et qui jettes mes paroles derrière toi ! Si tu vois un voleur, tu te plais avec lui, et ta part est avec les adultères. Tu livres ta bouche au mal, et ta langue est un tissu de tromperies. Tu t’assieds, et tu parles contre ton frère, tu diffames le fils de ta mère.  Voilà ce que tu as fait, et je me suis tu. Tu t’es imaginé que je te ressemblais ; mais je vais te reprendre, et tout mettre sous tes yeux. Prenez-y donc garde, vous qui oubliez Dieu, de peur que je ne déchire, sans que personne délivre : Psaume 50,16 à 22; »

Il serait totalement malsain que le monde, avec toutes choses abominables qui s’y font chaque jour, continuent à bénéficier à jamais de la patience de Dieu. Un tel état donnerait l’impression à ceux qui agissent sans foi ni loi qu’il n’y a finalement rien à craindre, que tout ce qui a été dit sur Dieu n’est que pure invention, une fabrication de l’homme pour contenir le mal. Ou qu’il n’y a plus de Dieu, que celui-ci s’est retiré dans son ciel loin de la société des hommes. Ou, pire encore, que s’il y a un Dieu, celui-ci n’est pas davantage préoccupé de la justice que ne le sont les hommes ! N’est-ce pas là ce que l’on entend dans notre siècle d’incrédulité ?

Il y va de l’honneur de Dieu de manifester sa justice et de ne pas laisser indéfiniment le mal qui se commet impuni !

c. l’impunité engendre la moquerie des hommes à l’égard des promesses de Dieu

« Sachez avant tout que, dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, qui diront : Où est la promesse de son avènement ? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création. Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, de même qu’une terre tirée de l’eau et formée au moyen de l’eau, et que par ces choses le monde d’alors périt, submergé par l’eau, tandis que, par la même parole, les cieux et la terre d’à présent sont gardés et réservés pour le feu, pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies : 2 Pierre 3,3 à 7 »

Les moqueurs de notre temps ne devraient pas faire de preuve de tant d’arrogance. Ils devraient se rappeler que, dans le passé, l’humanité dans son entier a déjà failli périr une fois par un déluge, événement dont le souvenir a été conservé dans de nombreux peuples. Ils devraient aussi se rappeler de la fragilité des grands empires du passé qui, les uns après les autres, se sont écroulés sans jamais, pour certains, se relever. Le jugement de Dieu attend notre civilisation au bout du chemin. Et la Bible nous avertit : il sera terrible !

d. L’impunité serait une injustice pour tous les justes morts en martyrs

« Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. Ils crièrent d’une voix forte, en disant : Jusques à quand, Maître saint et véritable, tardes-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ? Une robe blanche fut donnée à chacun d’eux ; et il leur fut dit de se tenir en repos quelque temps encore, jusqu’à ce que fût complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux : Apocalypse 6,9 à 11. »

Les justes qui tombent sous les coups des barbares dans ce monde n’entrent pas dans l’éternité muets. Leurs âmes meurtries parviennent directement dans la présence de Dieu, chargées d’une supplication : « Jusques à quand, ô Dieu, va tu laisser le mal apparemment triompher sur terre ? » La réponse de Dieu a pour but de les rassurer ! Malgré les apparences, le monde est bien sous contrôle. Il y a une limite qui est fixée au tort que le mal occasionnera aux justes. Cette limite atteinte, la rétribution arrivera !

e. L’impunité serait le plus grand désaveu divin quant au sens que revêtent la mort et la résurrection de Jésus

« Maintenant a lieu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde sera jeté dehors. : Jean 12,31. »

Selon les propres paroles de Jésus, sa mort et sa résurrection signent le jugement du monde et de son prince. Si le monde subsiste, c’est pour une seule chose : que la bonne nouvelle de l’Evangile, qui parle du salut de Dieu, par Jésus-Christ, offert à la foi des hommes, soit annoncée au monde entier !

« Cette bonne nouvelle du royaume, dit Jésus, sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. : Matthieu 24,14.

Dieu connaît dès le début le nombre et les noms de ceux qui croiront en Christ pour leur salut ! Le jour où le dernier de ceux-là franchira les portes de Son royaume :

 » Le Seigneur Jésus apparaîtra du ciel avec les anges de sa puissance, au milieu d’une flamme de feu, pour punir ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n’obéissent pas à l’Evangile de notre Seigneur Jésus. Ils auront pour châtiment une ruine éternelle, loin de la face du Seigneur et de la gloire de sa force : 2 Thessaloniciens 1,7 à 9. »

Où serez-vous au jour où la patience de Dieu, le temps de l’impunité divine, cessera ?

Publicités