Jésus vient de donner trois signes précurseurs et concomitants marquant la période qui verrait son retour. Il fait une petite pause. Il tient à montrer que les événements qu’il annonce ne se dérouleront pas de manière linéaire, mais suivront au contraire une certaine gradation. « Tout cela, dit Jésus, ne sera que le commencement des douleurs de l’accouchement. »

Pensant à l’avènement de Jésus et à la fin de ce monde, nous pourrions être tentés de ne fixer notre attention que sur les signes qui les annoncent. Jésus rectifie ici le tir. Les signes qu’il donne sont des repères. Mais ils ne constituent pas une fin en eux-mêmes. A cause de ce qui va les suivre, ils sont nécessaires et inévitables. Au-delà des souffrances qu’ils véhiculent, ils sont annonciateurs de quelque chose de magnifique, porteur d’une joie comparable, dit Jésus, à une naissance. « La femme, lorsqu’elle enfante, dit Jésus, éprouve de la tristesse, parce que son heure est venue ; mais, lorsqu’elle a donné le jour à l’enfant, elle ne se souvient plus de la souffrance, à cause de la joie qu’elle a de ce qu’un homme est né dans le monde : Jean 16,21. » Qui a déjà assisté à une naissance le sait ! Jusqu’à ce que l’enfant soit là, la maman n’est pas à la noce. Des contractions de plus en plus fortes se succèdent à un rythme toujours plus élevé. Elles ne sont pas agréables, mais sans elles la naissance ne se ferait pas. Malgré son intensité, la douleur est passagère. L’enfant arrivé, elle s’efface pour faire place à la joie et l’émerveillement des parents.

Les temps qui précèderont la venue de Jésus seront difficiles. Les contractions douloureuses de la fin de ce monde vont grandir en intensité. Les douleurs ne seront pas seulement de plus en plus fortes, mais de plus en plus rapprochées. Il y a le temps où, entre deux calamités, les hommes récupèrent pour reprendre leur souffle. Mais ce temps se fera de plus en plus court. Une crise, une souffrance à peine finie qu’une autre s’annonce plus forte, plus mordante que la précédente ! Le temps est venu pour le royaume de ce monde de passer. Le royaume de Dieu vient !

LE ROYAUME : BUT DE LA VENUE DE JESUS

Selon Marc, la première annonce que fera Jésus lorsqu’il entrera dans la sphère publique touche au Royaume ! « Le Royaume de Dieu s’est approché, annoncera-t-il : Marc 1,14-15. La bonne nouvelle qu’il annonce est la bonne nouvelle du Royaume : Matthieu 24,14. Partant de ces données, on ne peut que conclure que l’Evangile est la réalisation de l’attente présente dans tout l’Ancien Testament. Jésus est celui par lequel les promesses liées au Royaume de Dieu s’accomplissent !

Tout au début de la Révélation, le lieu où se situait le Royaume de Dieu était l’Eden. Le Royaume était localisé géographiquement ! Dans un 2ème temps, le Royaume se situera au pays de Canaan. Un tabernacle fut construit dans lequel Dieu habitait et manifestait sa gloire ! Mais cette étape ne durera pas plus que la première. L’alliance rompue, les prophètes vont prendre le relais. En continuité avec les anciennes alliances avec Adam, Abraham et David, ils annoncent l’instauration d’un nouveau Royaume, dans lequel le peuple de Dieu racheté vivra, fait de nouveaux cieux et d’une nouvelle terre !

Toute l’espérance du Royaume est liée à la Personne de Jésus ! Jésus est le nouvel Adam, le chef de la nouvelle humanité. Il est la descendance même d’Abraham, porteur des bénédictions qui, à travers lui, s’étendent à toutes les nations ! Il est le Fils de David et le véritable Israël, Celui par qui le peuple de Dieu de l’Ancienne et de la Nouvelle Alliance est rassemblé en un seul peuple. Le Royaume de Dieu n’a désormais qu’une seule localisation géographique. Il est là où le Roi, Jésus, se trouve ! Qui est en communion avec Lui et Lui appartient fait partie du Roayume ! Ne l’oublions pas ! Les douleurs qui précèdent le retour de Jésus n’ont qu’un but : la révélation des fils et des filles de Dieu, les fils et les filles du Royaume !

 

Livre recommandé :  Le Royaume révélé de l’Ancien Testament à l’Evangile : Graeme Goldsworthy : Edition Exelcis

Publicités